Votre décision est prise ! Vous vous séparez de l’entreprise pour laquelle vous avez longtemps travaillé comme rédacteur web (ou étiez en recherche d’emploi) et décidez de créer votre propre entreprise, seul. Deux choix s’offrent alors à vous : l’entreprise individuelle ou la société.

J’ai eu à faire ce choix, moi aussi, fin 2009. Ayant créé plusieurs sociétés (EURL et SARL), je connais bien la problématique de la gérance de société. Mais je ne vais pas m’y attarder, ceci n’est pas le sujet.

Le régime de l’auto-entrepreneur pour un rédacteur web

Pour faire court, très court : même si vous ne réalisez pas de chiffre d’affaires en EURL et SARL, vos charges sont tout de même prélevées. Cela peut fragiliser votre activité (et votre motivation) lorsque vous êtes dans le creux de la vague (on connaît tous cette période, relative à plusieurs facteurs).

Ainsi, pour relancer la création d’entreprises en France (entre autre chose), la loi de modernisation de l’économie a créé, le 4 août 2008, le régime de l’auto-entrepreneur, un régime micro-fiscal et micro-social simplifié.

Le point fort du régime de l’auto-entrepreneur

Le régime de l’auto-entrepreneur peut être résumé en un seul point, son point fort, le paiement des cotisations sociales (vos charges) est proportionnel à votre chiffre d’affaires. En somme, si vous ne réalisez pas de chiffre d’affaires, vous ne payez aucune charge.

Ces charges correspondent aux cotisations sociales sous forme d’un forfait qui comprend :

  • - la CSG (Contribution Sociale Généralisée) ;
  • - la CRDS (Contribution au Remboursement de la Dette Sociale) ;
  • - l’assurance maladie-maternité ;
  • - l’assurance indemnités journalières ;
  • - l’assurance invalidité-décès ;
  • - la retraite de base ;
  • - la retraite complémentaire obligatoire ;
  • - les allocations familiales.

En tant que rédacteur web, vous relevez de la CIPAV (Caisse Interprofessionnelle de Prévoyance et d’Assurance Vieillesse) dont dépendent toutes les professions libérales. Le forfait mensuel des cotisations sociales à verser à l’URSSAF équivaut à 18,3% du montant de votre chiffre d’affaires réalisé.

Si vous avez opté pour le prélèvement libératoire de l’impôt sur le revenu, ce que je vous invite à faire si votre niveau de revenu fiscal correspond, s’ajouteront 2,2% à verser en plus. L’avantage est que vous serez exonéré, en plus d’avoir déjà payer vos impôts, de la taxe professionnelle l’année de la création de votre entreprise ainsi que les deux suivantes.

Ce qui porte le montant total de vos cotisations à 20,5% du montant de votre chiffre d’affaires.

Les autres avantages du régime de l’auto-entrepreneur pour un rédacteur web

Voici quelques avantages à être rédacteur web freelance au régime de l’auto-entrepreneur :

  • - une couverture sociale
  • - une retraite
  • - la légalisation d’une activité existante et non déclarée
  • - un cadre de vie sciemment choisi
  • - des horaires adaptés
  • - aucun apport à la création
  • - pas de stocks
  • - possibilité de cumuler un autre travail salarié
  • - possibilité de cumuler les indemnités Pôle Emploi (sous certaines conditions)
  • - tester le marché avant de créer une société…

Il existe naturellement d’autres avantages, cette liste n’est bien sûr pas exhaustive.

Les points faibles du régime de l’auto-entrepreneur pour un rédacteur web

Qui dit avantages, dit inconvénients. Et il en est un qui est de taille : la limitation du chiffre d’affaires annuel.

Pour ceux qui ont une forte activité, génératrice de chiffre d’affaires, cette limitation peut poser problème, car pour les professions libérales, le seuil à ne pas dépasser est fixé à 32.100 euros, soit 2.675 euros par mois.

Je vous arrête de suite ! Si vous commencez à réfléchir mensuellement, vous allez vous mettre une pression inutile. Il faut réfléchir à l’année. Croyez-moi, je suis dans ce cas de figure, et il m’arrive des mois où mon chiffre d’affaire est quasiment le double de celui que je devrais réaliser. Pour m’éviter les tracas inutiles, je préfère penser au nombre de semaines ou de mois de vacances que j’aurai dans l’année, tout en préparant l’avenir.

Il existe d’autres inconvénients comme celui de ne pas pouvoir déduire ses charges de fonctionnement (les frais de transport, l’hébergement, les frais d’équipement et de bureautique…) et également l’inconvénient que la personne morale et la personne physique se confondent dans ce régime. En d’autres mots, le rédacteur web auto-entrepreneur est indéfiniment responsable des dettes professionnelles sur l’ensemble de son patrimoine.

Copyright © 2011 Christophe Da Silva

Partagez cet article !

Pour aller plus loin :

  1. Retraite auto-entrepreneur : la validation des trimestres du Rédacteur Web Freelance
  2. Le régime auto-entrepreneur limité à 2 ans pour le BTP
  3. Evolutions 2011 du régime autoentrepreneur pour le rédacteur web freelance
  4. Déclaration auto-entrepreneur pour Rédacteur Web Freelance
  5. Le rédacteur web auto-entrepreneur et sa relation avec les entreprises

18 Réponses pour “Pourquoi devenir rédacteur web sous le régime auto-entrepreneur ?”

  1. Bonjour

    Le régime auto-entrepreneur évoluant sans cesse, il m’est nécessaire de vous préciser quelques modifications du régime à partir de janvier 2011 :

    1- le plafond de CA annuel passe de 80 300 euros à 81 500 euros pour les activités de vente de marchandises, objets, fournitures et denrées à emporter ou à consommer sur place ou les prestations d’hébergement ; et de 32 100 euros à 32 600 euros pour les activités artisanales, prestations de service et les professions libérales.

    2- les cotisations vont augmenter (en pourcentage de chiffre d’affaires) en raison de la nouvelle loi sur la CFP (+0,2% pour le rédacteur web freelance)

    Christophe Da Silva

  2. Jonathan dit :

    Je me suis inscrit sur Wikio il y a 4 jours.
    Le site propose de rédiger des articles contre rémunération.
    Les articles sont envoyés à des sites tels que les-experts, Over-Blog, TF1, Plurielles, et encore pleins d’autres.

    Il faut tout d’abord publier un ou plusieurs articles libre ( rémunérés jusqu’à 3euros en variable) pour devenir confirmé dans une catégorie (un article libre suffit) pour ensuite débloquer les sujets à 5 10 et 15euros.

    J’ai déjà écris 3 articles et je trouve le concept intéressant.
    Voici le lien : http://www.wikio-experts.com/signup/from-31372

    • Christophe DA SILVA dit :

      Bonjour

      Wikio fait partie de ces plateformes qui font polémique actuellement dans la communauté des rédacteurs en proposant des tarifs rédhibitoires pour la production d’articles.
      Entre nous, pour un article documenté qui va vous prendre une ou 2 heures de votre temps, accepteriez-vous réellement d’être rémunéré 5 ou 10 euros ???
      Ce genre de plateforme ne peut être utilisée que pour arrondir ses fins de mois et s’il vous reste encore du temps à tuer, mais ce n’est pas une solution viable pour les rédacteurs qui souhaitent vivre de leur talent, art, métier…

  3. Da Silva (aussi) dit :

    Bonjour,
    Je viens d’entrer dans la vie active depuis peu. Je commence juste à comprendre les termes de « cotisations », « mutuelles », ‘impôts », etc.
    J’aimerais me lancer dans le statut d’auto-entrepreneur (rédacteur) pour arrondir mes fins de mois, étant déjà salariée.
    J’ai quelques petites questions :
    - En tant que futur auto-entrepreneur, dois-je m’attendre à payer autre chose que les 20,5% de cotisations? (existe -t- il un « surplus » dans mes impôts du fait que je cumulerai un emploi + un statut d’auto-entrepreneur?)
    - Vous parlez de limitation de CA annuel. Cette limitation est-elle différente pour les personnes déjà salariées?
    - Enfin, vous parlez de dettes professionnelles à la fin de votre article. Ma question peut paraître anodine, mais comment est-il possible d’avoir des dettes professionnelles?

    Je vous remercie par avance

    Mlle DA SILVA (oui oui!)

    • Christophe DA SILVA dit :

      Bonjour Mlle Da Silva ;-)

      Pour répondre dans l’ordre :
      - en tant qu’auto-entrepreneur, si vous n’optez pas pour le prélèvement libératoire sur le revenu, vous devrez payer 18,30% de charges + 0,2% pour la CFP (formation professionnelle), soit 18,50% sur le montant de votre chiffre d’affaire trimestriel
      - en tant qu’auto-entrepreneur ayant opté pour le prélèvement libératoire, vous paierez 20,50% de charges + 0,2% pour la CFP, soit 20,70% sur votre chiffre d’affaires mensuel
      - lors de la déclaration de vos revenus, vous remplirez la déclaration « normale » + la déclaration pour les revenus complémentaires.
      Attention, les deux montants vont se cumuler (c’est ce que le Trésor Public appelle le Revenu Mondial) et vous paierez éventuellement un impôt supplémentaire.
      - Quant à la limitation du CA annuel, elle n’est pas indexée sur le cumul de statuts mais sur la nature de l’activité. Si vous choisissez Rédactrice, le plafond 2011 est fixé à 32.600 euros l’année (augmentera sans doute de 500 euros en 2012…)
      - Enfin les dettes professionnelles, en tant que prestataire de services, vous n’aurez sans doute pas. C’était juste à titre indicatif que je mentionnais cela, notamment pour ceux qui sont dans l’achat/revente de marchandises.

      Voilà, j’espère avoir répondu à vos questions.
      Si vous en avez d’autres, n’hésitez pas.
      A bientôt

      Christophe

  4. Thomas dit :

    Bonjour,

    J’ai décidé de me lancer en tant que rédacteur Web en Freelance en plus de mon emploi en alternance en tant que développeur Web. J’ai quelques questions à vous poser, ce serait très aimable de votre part si vous pouvez m’aider :

    - Je vais me déclarer en tant qu’auto entrepreneur. J’ai un peu du mal à définir l’activité de rédacteur web. Etre rédacteur web est une activité artisanale ou libérale ? Est-ce que cela convient d’indiquer qu’il s’agit d’une activité dans le domaine de l’informatique ?

    - J’estime que mes revenus seront de 400€ par mois, vais-je réellement payé 20% de cotisation par trimestre ? Cela me parait énorme de soustraire 240€ aux 1200€ gagnés en 3 mois … Dans ma situation est il pertinent d’opter pour le prélèvement libératoire ?

    - J’ai déjà trouvé un client pour qui je vais bientôt commencer à travailler. Savez-vous combien cela prend de temps de se déclarer en tant qu’entrepreneur et de pouvoir toucher des rémunérations ? Je pense que j’effectuerai cette démarche dans un ou deux mois (pour cause de déménagement, changement d’adresse …) puis-je quand même obtenir des rémunérations puis les déclarer en auto entrepreneur dès que j’aurais ce statut ?

    Merci beaucoup d’avance pour vos réponses. Je suis conscient que mes questions sont basiques mais je débute et suis vraiment perdu sur tout ce qui est administratif.

    Thomas

    • Christophe DA SILVA dit :

      Bonjour Thomas

      Pour répondre dans l’ordre :

      1- le métier de rédacteur est considéré comme activité libérale (voir la liste que j’ai fournie ici : http://redacteur-web-freelance.com/redacteur-web-freelance-redacteur-web-autoentrepreneur/20110526/bic-ou-bnc-pour-lautoentrepreneur et vous dépendrez donc de la CIPAV ;

      2- oui vous devez vous acquitter de vos cotisations à hauteur de 18,50% ou de 20,70% si vous optez pour le prélèvement libératoire. En revanche, si vous n’avez qu’une activité occasionnelle (cad que vous n’en vivez pas, je ne pense pas que le prélèvement libératoire soit une bonne chose) ;

      3- pour se déclarer il suffit d’1/2 heure pour remplir le formulaire en ligne voire moins. C’est un peu plus long si vous passez par les voies administratives classiques (CFE). Mais en tout état de cause, à partir du moment où votre dossier est accepté, c’est très rapide vous pouvez commencer à facturer. Attention toutefois à mettre les obligations légales sur vos factures et si vous n’avez pas encore votre numéro SIRET (l’INSEE vous le communique environ 3 à 4 semaines après votre enregistrement par Internet), indiquez « SIRET en cours d’obtention ».

      Voilà, si vous avez d’autres questions, n’hésitez pas à revenir vers moi.

      Christophe

  5. Anne-Lise dit :

    Est-il nécessaire de créer une entreprise pour être rédacteur web en complément d’une activité salariée? Ne suffit-il pas de déclarer ses revenus sur sa feuille d’impôts?

  6. Marine dit :

    Bonjour,

    Très intéressée par la fonction de rédacteur web freeelance, j’aurais souhaité avoir quelques renseignements concernant ma situation qui est, je vous l’accorde, un peu spéciale.

    En effet je suis sur le point de travailler plusieurs mois à l’étranger à compter d’octobre prochain et aurais souhaité créer mon auto-entreprise afin de générer un revenu supplémentaire. Fraîchement diplômée d’une école de communication, mon dernier maître de stage m’a proposé un travail de pigiste pour son entreprise située en France. J’ai déjà rédigé de nombreux articles pour le blog de cette entreprise tout au long de mon stage, et mon responsable, satisfait de mon travail de rédaction, a souhaité prolonger notre partenariat.

    Ma question est donc la suivante : Puis-je créer une auto-entreprise afin d’effectuer ce travail en la domiciliant en France (adresse de mes parents?), tout en travaillant à l’étranger ?

    N’ayant trouvé personne pour répondre à ma question, j’espère que vous pourrez m’éclairer davantage et vous félicite pour le contenu de votre blog très complet !

    • Christophe DA SILVA dit :

      Bonjour

      A priori, il n’y a pas de souci.
      Tant que l’établissement principal de votre auto-entreprise demeure en France et que vous payiez vos charges en France également (sur le chiffre d’affaires de votre auto-entreprise), vous avez tout à fait le droit, à mon sens, de travailler depuis l’étranger.

      Christophe

      • Eric dit :

        Bonjour,

        Je suis surpris de la réponse car j’ai cru comprendre ailleurs dans le site qu’un rédacteur free lance ne pouvait pas travailler pour une seule entreprise, sinon cette mission était requalifiée en emploi salarié par l’URSSAF ?

        Alors… ?

        Merci !

        • Christophe DA SILVA dit :

          Bonjour

          Ma réponse correspondait uniquement à la question d’exercice physique depuis l’étranger et aucunement sur le fait de travailler pour un seul client qui, comme vous le dites justement, pourrait relever du travail dissimulé.

  7. Ax dit :

    Que ce passerait-t-il pour un rédacteur web auto-entrepreneur dont le chiffre d’affaire annuel dépasserait le seuil des 32000 et quelques ?

    • Christophe DA SILVA dit :

      Bonjour
      En toute logique rien, si vous restez dans le seuil de tolérance défini par le régime.
      Cette année le plafond de CA est fixé à 33300 euros.
      Le seuil de tolérance à ne pas dépasser pour sortir du régime est de 35300 euros (passage à la micro-entreprise et TVA applicable).

  8. Amandine dit :

    Bonjour,
    Après avoir lu votre blog très instructif, je me permets de solliciter vos lumières sur mon cas un peu particulier. Je suis employée comme rédactrice publicitaire depuis 6 ans par une entreprise belge mais je travaille pour eux depuis mon domicile dans le sud de la France. Jusque là, j’avais un statut particulier de détachée belge en France mais celui-ci se termine dans 2 mois. Afin de poursuivre notre collaboration, mon patron m’a demandé de me renseigner sur la possibilité de passer indépendante. A priori, je dépasserais le plafond de CA fixé pour le statut d’auto-entrepreneur. Quel autre statut me recommandez-vous de choisir ? Comment calculer mes nouveaux tarifs sans y perdre par rapport à mon salaire actuel ? Me sachant réticente à devenir indépendante, mon patron m’a indiqué la possibilité d’établir un contrat avec quantité de travail minimum garantie, préavis et la possibilité de me régler mes honoraires mensuellement afin de ‘m’approcher’ de mon statut d’employée actuel. Après la lecture de votre blog, je m’interroge donc aussi par rapport au problème de salariat déguisé car avec un seul client et un paiement mensualisé, je rentrerais clairement dans la définition… De mon côté, je me suis aussi renseignée sur le moyen de rester employée d’une firme belge en travaillant depuis la france et j’ai trouvé les démarches à faire (Titre Firmes Etrangères) pour que mon employeur puisse payer ses obligations sociales envers moi à l’urssaf. Malgré cette solution qui m’attire davantage, il semble préférer que je passe indépendante. On me dit que ce sera plus intéressant pour moi… J’ai un doute… Qu’en pensez-vous ?
    Merci d’avance pour votre aide

  9. Macrelle dit :

    Bonjour,
    merci pour tous ces conseils
    qu’en est -il de la cession des droits d’auteurs pour un article?
    est-ce que cela se fait de signer ses articles ?
    Que doit-on accepter de céder?
    je serai intéressée par un exemple de document

  10. Victoria dit :

    Bonjour

    N’arrivant pas à obtenir des réponses correspondants à mes attentes je m’adresse à vous dans l’espoir d’avoir quelques éclaircissements.

    Diplômée d’un BTS Communication depuis juillet 2014 je souhaite poursuivre mes études en tant que rédactrice/journaliste dès la rentrée 2015.
    Afin de mettre à profit cette année de « vide » je souhaite acquérir une première expérience dans ce domaine. De ce fait, j »ai récemment trouvé une agence de communication me proposant un stage ayant pour principales missions d’alimenter l’actualité d’un site internet pour une durée de 3 mois minimum (statut de rédactrice/journaliste).
    Le problème : je ne suis plus étudiante, je n’ai donc plus accès aux conventions de stage me permettant d’effecteur cette « longue » période dans cette entreprise. Le Pôle Emploi ou La Mission Locale Jeune délivrent des conventions mais pour une durée de 4 semaines maximum ou sous condition d’embauche, ce qui n’est pas le cas.

    Une solution alternative m’a donc été proposé par l’employeur: devenir auto-entrepreneur. D’où mes questions suivantes :

    - Puis-je devenir auto-entrepreneur et ne travailler exclusivement que pour cette entreprise ? Du moins pour les 3 à 6 prochains mois ?
    - Ma rémunération pour effectuer ce travail s’élèverait environ à 500e par mois, est-ce bien pertinent d’acquérir ce statut au niveau financier ? (coûts des charges par apport à la rémunération)

    Je souhaite vraiment travailler pour cette entreprise, car c’est une réelle opportunité pour moi de faire un premier pas dans ce métier, il est en plus très difficile d’obtenir un stage de ce type surtout quand on ne dépend pas d’une école de journalisme, c’est pourquoi toutes vos suggestions et nouvelles idées me seront très précieuses.

    Je vous remercie par avance de l’attention que vous porterez à ma demande.

    Très cordialement.

    Victoria


Répondre