Voici ma vision, succincte, du métier de rédacteur web, extraite en partie d’une interview que j’ai donnée en mars dernier, complétée par un certain nombre de points supplémentaires comme les tarifs de la rédaction web.

Le métier de Rédacteur Web Freelance

Le métier de Rédacteur Web consiste à rédiger des contenus optimisés, à la fois pour les utilisateurs (on parlera de délivrabilité du message) ainsi que pour les outils de recherche qui permettront de faire le lien entre le site web et les utilisateurs (on parlera de référencement éditorial). Il peut s’agir également de l’optimisation de l’architecture d’un site web, toujours avec les mêmes objectifs (délivrabilité et référencement)…

Les principales qualités d’un bon rédacteur Web

Parce que nous ne travaillons rarement pour les mêmes clients, avoir une bonne dose de curiosité afin de s’intéresser à tous les sujets est sans conteste l’une des principales qualités d’un rédacteur Web. Ceci étant, nous pouvons par conséquent embrasser toutes les professions. Nous pouvons travailler aussi bien pour des sites liés à l’industrie de la photographie, comme pour des sites dédiés à la santé. Évidemment, un rédacteur web peut également se perfectionner uniquement dans l’activité qui lui convient le mieux. Se faisant, ce type de rédacteur, par sa spécialisation, peut prétendre à des honoraires de rédaction bien plus élevés. A titre d’exemple, une de mes connaissances évoluant exclusivement dans le domaine de la rédaction juridique peut facturer le feuillet aux alentours de 500 euros le feuillet.

En tout état de cause, spécialisé ou non, il est donc primordial de connaître un minimum l’activité de son client ainsi que ses cibles pour mieux rédiger les contenus.

Naturellement, un bon rédacteur (web) doit parfaitement maîtriser la langue de Molière, et je peux vous garantir que ce n’est pas chose aisée, et il m’arrive parfois de douter encore de certaines tournures de phrases, de l’orthographe de mots que je n’ai pas l’habitude d’employer et d’écrire, mais aussi des règles qui peuvent s’appliquer (la dernière en date était pour la contraction « audit« , selon la même règle pour employer « ledit« , « dudit« , « desdits« , et vous ne le trouverez pas dans le dictionnaire…).

De plus, nous sommes parfois amenés pour le même client à réécrire le même contenu pour une publication sur plusieurs sites web. Afin d’éviter la « duplication de contenu« , il faudra que le rédacteur web ait recours à la réécriture des structures grammaticales, la synonymie, et qu’il jongle avec la sémantique des mots…

J’ajouterai que le rédacteur web, particulièrement s’il est concepteur et référenceur, doit se faire entendre et faire preuve de pragmatisme : souvent, les clients ont des idées bien arrêtées concernant le référencement ou le comportement de leur cible. Ce qui peut leur sembler une évidence ne reflète pas toujours la réalité. Un bon rédacteur web, muni de ses outils, saura quel « angle d’attaque » il est préférable d’envisager, pour améliorer l’efficacité du projet.

Les fonctions principales liées à la profession de rédacteur Web

Tout dépend à quel degré le rédacteur web agit. En effet, s’il doit uniquement rédiger des contenus, sa fonction sera purement orientée écriture. Il est alors un écrivain. S’il doit intégrer les aspects liés à la visibilité online, il aura, en plus de sa fonction d’écrivain, une fonction de SEO (Search Engine Optimizer ou référenceur en français). S’il doit intégrer dans sa mission, ce qui est mon cas la plupart du temps, une activité d’ergonome, c’est-à-dire avoir toute une réflexion sur la structure d’un site web pour améliorer les performances de délivrabilité des messages, il est alors concepteur-rédacteur web.

Les principales contraintes du métier de rédacteur Web

Pour ma part, je n’en ai pas vraiment. La seule qui me vient à l’esprit, pour reprendre l’une des principales qualités d’un rédacteur web, c’est de faire en sorte d’être extrêmement bien documenté sur le secteur d’activité dans lequel son client évolue. Sinon, mes autres contraintes sont plutôt liées à l’activité freelance, c’est-à-dire ne pas faire partie d’une structure, de travailler de chez soi (la plupart du temps), d’être chaque jour motivé et de s’organiser de la meilleure manière pour que la vie professionnelle n’empiète pas sur la vie privée. En ce qui me concerne, me levant tôt, je commence de travailler aux alentours de 6h30 et termine vers 15h. C’est mon mode de fonctionnement. Je sais qu’au-delà de 15h, je serais moins performant, quelle que soit l’heure à laquelle je vais me lever le matin. Pourquoi lutter ?

Les principales compétences du rédacteur Web

Le rédacteur web doit être pluridisciplinaire, notamment s’il est concepteur-rédacteur web devant intégrer les aspects liés au référencement naturel.

  • Il doit être une fine plume et maîtriser parfaitement la langue française ;
  • il doit maîtriser toutes les notions et les facteurs « on site » permettant le bon positionnement de ses pages sur les moteurs de recherche ;
  • il doit comprendre et déduire les intentions de sa cible pour améliorer à la fois la délivrabilité de son message et réduire les aspects cognitifs de recherche d’information sur le site web en bâtissant une architecture pertinente.

L’évolution du métier de rédacteur Web

Il m’est d’avis que le métier de rédacteur (web) ne cessera jamais d’exister. En effet, il suffit de voir le nombre croissant d’offres de travaux de rédaction web ou d’emplois de rédacteur web, pour comprendre que l’on ne peut pas se passer de nous. Un site web, pour conserver ses positionnements et pour profiter de nouveaux accès dans les résultats de recherche (on comprendra ici la notion de longue traîne), il a besoin d’être alimenté en permanence et par conséquent avoir la capacité de fournir de nouveaux contenus régulièrement. C’est justement sur ce point que nous sommes indispensables, que nous évoluions au sein de l’entreprise ou, comme moi, en freelance.

La rédaction Web et Google

Google a conçu un algorithme qui, entre autre, dégrade le classement des sites internet proposant du contenu de faible qualité pour mettre en valeur les sites proposant un contenu de qualité et unique. Sur ce point, je pense que c’est une bonne chose, voire très bonne. En effet, à partir du moment où l’objectif d’un moteur de recherche est de délivrer des résultats pertinents en fonction des requêtes saisies par les internautes – c’est-à-dire qu’il y a adéquation entre la requête et les résultats renvoyés par le moteur – il est tout naturel que ces derniers tiennent compte d’un certain nombre d’éléments comme la richesse du contenu, sa pertinence et sa qualité. Par conséquent, tout notre travail est mis en lumière : nous devons fournir d’excellents contenus rédactionnels et c’est un challenge à chaque travail.

Les tarifs de la rédaction Web

Voici la délicate question des prix de la rédaction Web. Je vais mettre volontairement de côté les offres de prestations hors France métropolitaine : il y a encore deux jours, je voyais une offre sur Viadeo à 2,50 euros les 350 mots. Si dans certaines parties francophones du globe on peut espérer vivre convenablement avec 150 euros par mois, il n’en est pas moins que ce type de proposition vient déstabiliser le marché français (merci le colonialisme français).

Pour revenir à ce qui nous occupe, je dirais qu’il y a une limite minimum à ne pas franchir : celle qui reflète la valeur de votre travail et de votre expertise, le temps passé et qui permet le matin devant la glace de vous regarder sans complexe. En revanche, j’estime qu’il n’y a pas de maximum, tant que vous pouvez toujours vous regarder dans une glace sans complexe.

Les fourchettes de tarifs de rédaction web font le grand écart : vous trouverez aussi bien des rédacteurs qui factureront le feuillet à 10 euros (voire moins – merci les plateformes de rédaction !!!) comme d’autres, je vous le disais précédemment, à 500 euros. Cet écart est dû, notamment,  à plusieurs paramètres :

  • « j’ai besoin de manger, je prends tout ce qui arrive, peu importe ce que j’y gagne« …
  • « je suis un expert, je peux me permettre de facturer cher, et puis, de toutes façons, j’ai le type de clientèle qui va avec« …
  • « je suis étudiant, à la merci des donneurs d’ordres, bah, c’est pas grave, ce sera toujours mieux que de travailler chez McDo et ça me paiera la place de cinéma pour aller voir Transformers 3 en 3D, location de lunettes comprise !« …
  • « je suis retraité, je veux un complément de retraite… mais si vous voulez, comme je m’ennuie, je peux aussi vous le faire gratos » ( NDLR : oui, oui, c’est un fait avéré, j’ai une connaissance qui fait ça, et suis très en colère contre elle !)
  • « on vous a proposé combien ? 15 euros ? Ok, moi je vous le fais pour 12« …

Bref, c’est un métier où l’on navigue à vue. Je ne connais pas deux rédacteurs qui facturent le même tarif pour un travail de rédaction identique.

Je ne vais pas m’étendre sur ce dernier point dans ce billet, je vous promets que j’en dédierai un prochainement mais vous donne déjà des pistes ici : http://bit.ly/mHGLJs et là : http://bit.ly/gzO0RX

A bientôt…

Copyright © 2011 Christophe Da Silva

 

Partagez cet article !

Pour aller plus loin :

  1. Rédacteur Web Freelance : Quels tarifs appliquer ?
  2. Retraite auto-entrepreneur : la validation des trimestres du Rédacteur Web Freelance
  3. Conseils pour créer un blog rédacteur web freelance
  4. Etablir ses tarifs de Rédacteur Web Freelance
  5. Modèle de facture auto-entrepreneur pour le rédacteur web freelance

24 Réponses pour “Le métier de rédacteur web freelance”

  1. Nos métiers varient, nos statuts varient, mais en tout cas merci pour l’article que j’ai lu avec plaisir.
    Stéphane de Red-Act [rédacteur en Alsace]

  2. Mimilady dit :

    Merci pour cet article très intéressant! Je souhaite me réorienter dans ce domaine.
    N’y a t-il pas des diplômes nécessaires ou une formation obligatoire?

    • Christophe DA SILVA dit :

      Bonjour

      Il n’y a pas de formation obligatoire ni de diplôme obligatoire.
      En revanche, être formé et acquérir des connaissances pour venir enrichir à la fois vos compétences et votre CV est un plus non négligeable.
      j’ai pour ma part un diplôme DSEC (Niveau 2) en commerce et marketing. Je suis loin de la rédaction web ;-)

      Christophe

      • lanaresse dit :

        Merci pour cet article que je trouve très intéressant. Et je suis parfaitement d’accord quand vous dîtes qu’il n’y a pas de diplôme. Je suis diplômée en gestion et par la force des choses je suis devenue une rédactrice web et j’évolue dans le référencement de sites. C’est un métier passionnant et il faut être curieux pour réussir dans ce domaine.

      • kouffé dit :

        bonjour! je suis titulaire d’une licence de linguistique! ce métier me passionne et je ne connait pas de structure ici en Cote D’Ivoire afin de débuter dans le domaine de la rédaction web. Je projette donc travailler en freelance j’ai vraiment besoin de conseils!
        comment trouver les marchés de rédactions est surtout ma principale préoccupation!

  3. helfou dit :

    Bonjour,

    Étant actuellement en train de monter mon projet de rédactrice freelance, je trouve votre article (et pas uniquement celui-ci d’ailleurs :) ) très intéressant.

    C’est vraiment sympa de partager ainsi vos expériences en nous donnant plein d’informations utiles.
    Merci !!

    Hélène Foucher

  4. ali7 dit :

    Je me lance à peinte en freelance et en effet votre article est très intéressant, bien que je sois étudiante et que mes préoccupations financières ne se limitent pas à une place de cinéma en 3D……..

    • Christophe DA SILVA dit :

      Bonjour

      Heureux de savoir que vos motivations ne se limitent pas aux places de cinéma ;-).
      J’espère que vous ferez votre chemin sur cette voie très prenante mais cependant tumultueuse car, comme je le mentionnais, remplie d’embûches concernant la reconnaissance de notre métier.
      Et de nombreux exemples sont là pour en témoigner. Rendez-vous simplement sur Viadeo, dans les Hubs traitant de rédaction web : chaque jour des membres communiquent leur vécu concernant le mépris qu’ont certaines entreprises envers leur travail et leur expertise (je parle ici en termes de tarifs).
      Il y a un mois encore, j’étais contacté par une structure assez réputée du domaine pour de la sous-traitance à 3 cents le mot !!!.
      J’espère également que cet aspect ne vous découragera pas.

      A bientôt

  5. cacahuete95190 dit :

    Bonjour Christophe,

    Après avoir parcouru ton blog de long en large comme il se doit (et de gauche à droite ;-)), je me demande….

    N’y aurait-il pas une petite place pour un nouveau billet ?

    Lequel ?

    « Rédacteur freelance, par où commencer ? »

    Qu’en dis-tu ?

    Merci et, au plaisir ;-) Et, bien évidemment, un gros bravo pour ce travail superbe que tu nous fournis gracieusement.

    Amitiès,

    Cacahuete

    • Christophe DA SILVA dit :

      Bonjour Cacahuète

      Ce pourrait être effectivement un bon billet.
      Ceci étant, difficile d’être objectif, je ne pourrais parler que de mon expérience.
      Je suis devenu Rédacteur Web uniquement parce que c’était le prolongement naturel de mes compétences et de mon expérience depuis 1998 dans les métiers du Web.
      En réalité je pratiquais la rédaction web déjà en 1998, mais sans le savoir, lorsque je créais des sites web où je devais remplir les pages des clients…
      Mais c’est peut-être un billet qui mériterait d’être dans les colonnes de mon blog.
      Merci pour cette idée en tout cas.
      A bientôt

  6. Une bonne petite fiche récapitulative des notions fondamentale de ce métier en pleine expansion. Après en effet la tarification est un sujet qui est propre à chacun.

  7. CR 31 dit :

    Bonjour Christophe,

    Merci pour tes conseils. J’ai bien lu ton explication sur les différents aspects du métier mais une question demeure néanmoins.

    Fraîchement diplômée en Lettres puis en marketing, je me lance dans l’aventure free-lance de conceptrice-rédactrice.
    La semaine dernière, je me suis rendue à un salon professionnel du marketing et de la communication où j’ai pu constater la nécessité de notre métier. Plusieurs personnes sont venues me voir pour me demander si je pouvais faire le rédactionnel de leur site internet, mais surtout si je faisais du référencement. Or, je suis compétente pour rédiger mais n’ai aucune compétence en CR-Web. J’ai donc vu leur déception. Malgré mes explications (le référencement est un métier à part), ils m’ont dit que je n’y arriverai pas si je ne propose pas le pack complet « un site bien écrit et bien référencé ».

    Je me sens sens presque découragée d’avance. Dois-je repartir sur une formation axée sur le référencement ? Dois-je chercher un partenariat avec un référenceur ? Une entreprise peut-elle être intéressée par un rédacteur qui ne sais pas optimiser la navigation web ? Je me pose ces questions car suis en attente de mon numéro SIRET et ne voudrais pas démarcher les entreprises avec un discours qui risque de me discréditer.

    Merci d’avance
    A bientôt

    • Christophe DA SILVA dit :

      Bonjour

      Si vous n’avez pas de compétences en référencement, ce n’est pas si grave. En effet, vous pourrez toujours trouver et sans peiner des entreprises ou des agences qui ne désirent que du rédactionnel. Il faut que vous vous disiez une chose : si une page web est déjà bien écrite, respectant les standards d’architecture, c’est déjà un plus. Ensuite, vous pouvez toujours travailler en collaboration avec un référenceur éditorial qui optimisera la page que vous aurez écrite.
      Néanmoins avoir des notions en référencement éditorial peut être un plus. Orientez-vous peut-être vers une formation sur le sujet.
      Bonne continuaTIon

      Christophe DA SILVA

      • Ticou dit :

        Bonjour, je reviens sur l’intervention de CR31; j’envisage également de me lancer dans l’écriture sur le web, sans compétences pour l’instant en référencement. J’aimerais savoir si le seul métier d’écrivain est rentable et comment commencer concrètement?
        En d’autre termes, est-il préférable de se déclarer en tant qu’autoentrepreneur et de créer son propre site de rédacteur free lance (sans portfolio puisque débutant), ce qui permet au moins de se faire connaître sur les sites d’échange de contenu; ou alors de « se faire la main » sur les plateformes de rédacteurs, qui exploitent allègrement les auteurs, j’en conviens, mais qui permettent de produire du contenu.
        Merci d’avance

  8. etienne dit :

    Bonjour. Cet article m’a intéressé. D’autres aussi. Je vous mets dans mon flux RSS.
    Pour ma part, je vise aussi à travailler dans ce domaine, au niveau écriture.
    Bonne journée

    Voir mon blog

  9. lauraoza dit :

    Merci pour cette définition claire et précise.

    Je suis effectivement tombé sur des gens qui font payé un article d’environ 200 mots à cinq euros, trouvant cela normal.
    C’est important de connaître les tarifs pour pouvoir s’imposer, jeune première (comme moi), ou pas (voir ton exemple sur les retraités)….

  10. kareen dit :

    Merci pour toutes ces précisions.

    Peux-tu donner des conseils pour trouver des clients?
    De mon côté, je rame, je rame

  11. clemy dit :

    Bonjour,

    Merci pour ce blog trés intéressant et instructif. J’ai fais des études de Communication et de Lettres. J’ai commencé à travailler avec mon mari qui a créé une agence de communication et je touchais alors un peu à tout. Littéraire dans l’âme et curieuse de toutes les nouvelles technologies, je me suis intéressée au métier de web redactrice, et je me suis formée auprès de Ranking Metrics. Aujourd’hui je travaille en collaboration avec le référenceur de notre boite mais j’aimerai me mettre en indépendante pour pouvoir élargir mes champs d’expression.

    Je me demande s’ il est conseillé de s’inscrire sur les plateformes de redacteurs pour se faire connaitre? Qu’en pensez vous svp?
    Connaissez vous une bonne formation de concepteur web?

    Merci et bonne journée

    • Christophe DA SILVA dit :

      Bonjour

      Merci pour les compliments, ça fait toujours plaisir, surtout de bon matin ;-).
      Les formations de Ranking Metrics ne sont pas mauvaises, mais si vous voulez vous élargir, préférez vous former avec des intervenants spécialisés en intra-entreprises, qui se déplacent chez vous, forment votre équipe et abordent la problématique de votre entreprise dans son environnement. Certains peuvent même fournir un suivi dans le temps.
      Quant aux plateformes de mise en relation, et bien je répondrai comme à tous ceux qui me contactent par mail à ce sujet, « je ne sais pas, je ne les emploie pas, mon blog s’en charge pour moi ». Si vous parlez de plateformes de rédaction qui vous paient à coup de lance-pierre pour vos productions, et bien évitez-les.
      Pour ce qui est des formations de concepteur web (longue durée, en alternance par exemple), je n’en connais pas qui soient exclusivement dédiées à cela (ça ne veut pas dire qu’elles n’existent pas). J’enseigne par exemple aux Master 2 pro EIDI d’Annecy depuis ans le référencement, la rédaction web et le community management, mais leurs cours vont bien au-delà de ça avec des cours d’ergonomie, de design interactif, etc… http://www.haute-savoie.cci.fr/se-former/nos-formations/formation-multimedia/master-2-eidi.html.
      Sinon là aussi, préférez un intervenant en intra qui pourrait vous épauler.

      Bonne continuation

      Christophe

    • Benoit dit :

      Concernant les formations, il y a aussi la licence pro Référencement et Rédaction web à Mulhouse, mais tout dépend de la proximité géographique…
      http://www.iutmulhouse.uha.fr/atc_r/index.html

  12. Bonjour,
    J’aimerai me lancer, mais j’avoue que l’aspect facturation/comptabilité me rebute complétement…
    Merci pour cet article riche d’enseignements, en tout cas!

    Cordialement,

  13. Cyrus dit :

    Merci pour l’article. Cela permet à des aspirants comme moi de mieux s’armer


Répondre